Vous consultez :
VTC COOPÉRATIVE VTC : projet d’avenir ou tué dans l’œuf ??


VTC COOPÉRATIVE VTC : projet d’avenir ou tué dans l’œuf ??


fourmie

Zoneur Reconnu
VTC
16 Novembre 2015
708
708
Localité
Paris
sa marchera pas c est pas que le model n est pas bon mais les personnes pas assez ouvert au autre et mal entouré, vous croyez qu on vien et on fait un bizness comme ça alor que beaucoup on essaie et qui etait très bien organisé et qui son tomber , on va bien regoler dans les prochains mois c'est pas que je souhaite leur échec mais une coopérative il faut avoir des hommes et des femme intègre et bien dans leur tête avec une grand persévérance et stratégie et dans le tempt sa pourrait marcher je suis sceptique mais je vous souhaite une bonne réussite.
 
  • J'aime
  • Je valide
Réactions: 2 utilisateurs


AZF

La passion du VTC
MODO
VTC
14 Décembre 2016
3 468
3 630
Localité
Paris
"On va arrêter d'être ubérisé" : 200 chauffeurs amorcent leur projet de coopérative VTC à Saint-Denis
500 chauffeurs, ex-salariés d'Uber, souhaitent se réunir au sein d'une coopérative pour faire face au géant américain. Ils étaient quelque 200 à se rassembler ce dimanche à la mairie de Saint-Denis, pour une première étape de lancement du projet. La plateforme doit voir le jour en 2022.

1638228097969.png
Quelque 200 chauffeurs réunis à la mairie de Saint-Denis pour la validation de leur projet de coopérative VTC, le 28 novembre 2021.

"S'émanciper" face au géant Uber. C'est l'objectif d'une future coopérative de chauffeurs VTC, dont le projet a été acté ce 28 novembre à la mairie de Saint-Denis. La plateforme, qui n'a pas encore de nom, fonctionnera comme un site de réservation classique. Il doit voir le jour au premier trimestre 2022.

Pour le créateur du projet, Brahim Ben Ali, il s'agit de permettre aux chauffeurs de "vivre convenablement et dignement" de leur travail, grâce à une "redistribution des richesses". Cet ancien salarié d'Uber, aujourd'hui secrétaire général du syndicat INV (Intersyndicale nationale VTC), explique que "lorsque vous consommez chez Uber, votre argent n'est pas redistribué puisqu'il y a de l'évasion fiscale. Mais si vous commandez chez nous, une entreprise française qui paie ses taxes en France, vous améliorez nos infrastructures : hôpitaux, écoles ... Puisque vous consommez made in France", souligne-t-il.

Malika, originaire de Seine-Saint-Denis comme 30% des chauffeurs impliqués dans le projet, a souhaité en faire partie pour "arrêter d'être à la botte d'Uber. Aujourd'hui, ce sont des machines qui me parlent, et je trouve ça sidérant. Il n'y a aucun humain en face de moi", explique-t-elle. La quadragénaire souhaite également pouvoir s'offrir un salaire plus digne. "Si un client paie une course 15 euros, et que j'en touche 13, je dois tout de même en déclarer 15 à l'Urssaf parce qu'Uber ne déclare pas sa TVA. Je trouve ça immonde", abonde-t-elle. Pour Malika, le projet de coopérative est donc "une chance, en termes de salaire, de reconnaissance mais aussi de protection sociale." Cette conductrice VTC espère aussi que "d'autres chauffeurs se joindront à l'aventure, pour qu'à terme Uber s'effondre."

Un projet soutenu par les collectivités
Le projet de coopérative VTC est également soutenu par les collectivités locales. La Seine-Saint-Denis va y participer à hauteur de 25.000 euros, afin de soutenir "les femmes et les hommes qui luttent contre la précarité et qui créent un nouveau modèle économique", souligne le président du département Stéphane Troussel.

Quant à la ville de Saint-Denis, elle espère que ce projet de coopérative VTC permettra de développer l'emploi local. "Nous sommes le territoire qui va accueillir les Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, la coupe du monde de rugby, nous sommes candidats pour être capitale européenne de la culture en 2028 ... Nous avons donc une dynamique événementielle et touristique importante, et les besoins en chauffeurs seront encore plus importants dans le futur", souligne le maire Mathieu Hanotin. L'élu se dit également prêt à accueillir le siège social de la future coopérative.

 
  • Utile
Réactions: 1 utilisateur


driverzonard

« Je fais ma part... »
VTC
UBER
12 Décembre 2019
2 938
4 303
Localité
Paris
sa marchera pas c est pas que le model n est pas bon mais les personnes pas assez ouvert au autre et mal entouré, vous croyez qu on vien et on fait un bizness comme ça alor que beaucoup on essaie et qui etait très bien organisé et qui son tomber , on va bien regoler dans les prochains mois c'est pas que je souhaite leur échec mais une coopérative il faut avoir des hommes et des femme intègre et bien dans leur tête avec une grand persévérance et stratégie et dans le tempt sa pourrait marcher je suis sceptique mais je vous souhaite une bonne réussite.
Entièrement d’accord avec toi. Certains ont des œillères…
 


AZF

La passion du VTC
MODO
VTC
14 Décembre 2016
3 468
3 630
Localité
Paris
Seine-Saint-Denis: 500 chauffeurs VTC réunis dans une coopérative
En Seine-Saint-Denis, 500 chauffeurs de VTC se réunissent dans une coopérative pour améliorer leursconditions de travail, moyennant une augmentation du tarif pour les clients, une application doit arriver début 2022.
 


pedro92

Bon bah ,VTC, hein....
VTC
4 Août 2015
2 483
3 658
Localité
Marseille
Seine-Saint-Denis: 500 chauffeurs VTC réunis dans une coopérative
En Seine-Saint-Denis, 500 chauffeurs de VTC se réunissent dans une coopérative pour améliorer leursconditions de travail, moyennant une augmentation du tarif pour les clients, une application doit arriver début 2022.
L'Europe ? Rien que ça ? Avec des lois et des manières de travailler différentes ?

On va voir déjà ce que ça va donner au niveau français, c'est le client qui va donner le ton.

Et une fois qu'ils auront donné des avis bien tranchés sur les prix et le service, l'ambiance sera différente.

Je rappelle que n'importe qui dans n'importe quoi peut rentrer dans cette coopérative, sans aucun filtre, sans pré-requis qualitatif ... Ça va se ressentir sur la qualité de service et le client qui paye plus cher pour un service identique à ce que propose uber moins cher reviendra chez Uber.

Il y'a des clients prêts à payer plus cher, mais comme dans n'importe quel service ou commerce, il faut justifier la différence de prix.

Celui qui va se mettre bien, c'est le dirigeant de cette coopérative bientôt européenne.

Parce qu'il va sans doute pas se remettre derrière le volant, il a bien compris qu'un syndicaliste peut bien vivre de son poste et de sa fonction.
 
  • J'aime
Réactions: 2 utilisateurs


driverzonard

« Je fais ma part... »
VTC
UBER
12 Décembre 2019
2 938
4 303
Localité
Paris
On va voir déjà ce que ça va donner au niveau français, c'est le client qui va donner le ton.
Avant le client, il y’a le chauffeur qui risque de s’exprimer. Si les courses sont concentrées dans le 93, je ne sais pas comment ils vont calculer les frais d’approche d’un chauffeur venant du 78 pour y récupérer un client 🤔🤔🤔

Le secteur du VTC est compliqué, il faut être capable de perdre de grosses sommes au départ pour espérer en gagner par la suite. D’où les levées de fonds.

A aucun moment, les coopérants n’en parlent. Espérer brasser du bénéfice dès le départ, n’est qu’un leurre…
 
  • Je valide
  • J'aime
Réactions: 1 utilisateurs




AZF

La passion du VTC
MODO
VTC
14 Décembre 2016
3 468
3 630
Localité
Paris
Depuis quand les chauffeurs sont des salariés d'Uber ??
je pense que le journaliste fait référence au procès en cours aux prudhommes ou plusieurs chauffeurs tentent d’obtenir des indemnités pour salariat déguisé
 
  • Je valide
Réactions: 1 utilisateur



Sponsors

Partenaires

Twitter Uberzone