Info L’Ile-de-France met en route son projet d’application numérique de mobilité universelle


AZF

AZF

La passion du VTC
MODO
VTC
UBER
HEETCH
14 Decembre 2016
1 561
597
Lieu
Paris
#1
La région met 40 millions d’euros dans l’édification de sa stratégie de « mobilité servicielle ». Dans ce cadre, la RATP va tester une application pilote, permettant de planifier, réserver, payer, valider pour dix modes de transport différents.
Imaginez, sur votre smartphone, une application permettant de planifier le meilleur trajet pour aller, par exemple, de Melun à Paris, en utilisant tous les transports possibles : covoiturage Blablacar, puis bus Transdev, puis RER SNCF, puis trottinette Lime, puis métro RATP, pour finir par une course en taxi G7 ou VTC Uber. Et cette application va, innovation suprême, vous permettre de réserver, payer, valider vos billets.

C’est ce que dans le jargon du transport on appelle la « Maas » (Mobility As A Service), traduit en français par mobilité servicielle, autrement dit un super-outil numérique de mobilité universelle. Le concept de Maas commence, de façon souvent embryonnaire, à voir le jour en Europe (Londres, Stockholm, Helsinki, Vienne…) ou dans l’Hexagone (Saint-Etienne, Annemasse, Mulhouse, Rennes…).

Ile-de-France Mobilités (IDFM), l’autorité organisatrice des transports dans la région-capitale, a décidé de prendre elle aussi le train du Maas. Elle a présenté, mercredi 9 octobre, sa « stratégie de mobilité servicielle » à son conseil d’administration, qui l’a approuvée. Le projet se décline en un principe, un pilier, deux objectifs et une série d’expérimentations concrètes.

Réduire la part de la voiture individuelle

Le principe d’abord : l’autorité organisatrice publique est le pilote central du projet, « ne serait-ce que parce que nous centralisons l’ensemble des données de transport public, sans lesquels aucune mobilité servicielle ne peut exister », indique Laurent Probst, directeur général d’IDFM. Il y a aussi un but poursuivi derrière cette volonté de pilotage public : réduire la part de la voiture individuelle dans les déplacements en Ile-de-France. Cette primauté n’empêche pas des acteurs privés d’exister, soit pour offrir des services spécifiques, soit pour s’intégrer aux outils publics existants.

Le pilier ensuite : IDFM va construire une plateforme régionale d’information multimodale, une sorte de super-serveur agrégeant toutes les données numériques venant de tous les acteurs du transport en région parisienne. La région va mettre 40 millions d’euros sur la table pour édifier cette gigantesque arrière-boutique numérique, d’ici 2024 (date de l’organisation des Jeux olympiques à Paris).

Suite logique, la région a pour objectif de proposer son propre service ou plutôt deux services distincts : l’un à destination des particuliers, l’autre pour les entreprises et les collectivités. Le premier et le plus stratégique, nommé « Ma Mobilité », « accompagnera les voyageurs franciliens et occasionnels dans toutes les étapes de leurs déplacements », dit IDFM, le tout dans un esprit agnostique. « Nous n’aurons aucun intérêt particulier à privilégier tel transport plutôt que tel autre », souligne M. Probst. Le service « Ma Mobilité » sera lancé fin 2020.

Sept expérimentations

Pour parvenir à construire cet édifice, IDFM met en place sept expérimentations, qui sont autant de briques du futur service Maas francilien. Outre des projets portant sur le calcul d’itinéraire, la billétique, l’information voyageur, les services aux touristes, l’intégration des automobilistes et un concours de start-up (avec 200 000 euros de récompense), IDFM lance le test immédiat d’une application pilote.

Vous n'avez pas la permission de voir le lien Connectez-vous ou inscrivez-vous dès maintenant.


Baptisé « Maax », ce service conçu par la RATP, va permettre à 2 000 Franciliens d’expérimenter dès cet automne et durant six mois un outil Maas en conditions réelles, à Paris en petite et en grande couronne. Maax intégrera une vingtaine de modes de mobilité : tous les types de transport en commun mais aussi VTC, vélos, trottinettes et scooters en libre-service, covoiturage, autopartage et des parkings pour les automobilistes. « Dix modes sont directement intégrés dans l’application », explique Vania Ribeiro, directrice du numérique à la RATP.

« Pour développer Maax, nous nous appuyons sur l’expérience menée par notre filiale RATP Dev à Annemasse », indique Marie-Claude Dupuis, la directrice de l’innovation de la RATP. Depuis 2018, l’application Tac Mobilités, de l’agglomération d’Annemasse (Haute-Savoie), calcule des itinéraires en temps réel des transports disponibles en intégrant la voiture individuelle et les parkings et permet le paiement mobile des tickets de bus.
 


Top Membres du Mois
  • AZF
    AZF
    93
    67
    0
    67
  • F
    Fouadb82
    33
    65
    0
    65
  • pp9201
    pp9201
    38
    54
    0
    54
  • Helia
    Helia
    94
    44
    0
    44
  • Hk60000
    Hk60000
    81
    42
    1
    41

Partenaires

Twitter Uberzone