Vous consultez :
Question ça vaut le coup de reprendre ? balancez vos CA hebdo avec uber


Question ça vaut le coup de reprendre ? balancez vos CA hebdo avec uber


Natan

Zoneur Averti
VTC
11 Septembre 2019
1 175
1 229
Localité
Paris
VTC: POURQUOI LES PRIX VONT RESTER ÉLEVÉS JUSQU'EN DÉCEMBRE

INFO BFM BUSINESS. La demande de VTC augmente alors que les chauffeurs sont en vacances ou n'ont pas repris le travail interrompu par la crise sanitaire. Conséquences, des tarifs en hausse de 25 à 30%. La situation pourrait perdurer jusqu'à l'hiver.

Depuis début juillet, les temps d'attente s'allongent pour avoir un VTC et les prix grimpent. Se voir proposer un tarif de 100 euros pour le centre de Paris au départ de Roissy un dimanche soir n'a plus rien d'exceptionnel. Et pour cause, l'arrivée des vacances d'été conjuguée avec la crise sanitaire poussent nombre de chauffeurs à lever le pied. Une pénurie qui provoque mécaniquement une hausse du tarif des courses. Cette situation se constate principalement en Ile-de-France où se trouvent la majorité des chauffeurs.


"C'est difficile à mesure avec exactitude, mais nombre de chauffeurs ont cessé leur activité soit ponctuellement, pour aller en vacances, soit définitivement, comme cela s'est constaté dans d'autres secteurs. En pourcentage, c'est certainement un nombre à deux chiffres", révèle à BFM Business, Yves Weisselberger, président de la Fédération Française des Transports de Personne sur Réservation (FFTPR) et président de LeCa
Cette fédération regroupe les principales plateformes VTC européennes (Allocab, Bolt, Free Now, Heetch, LeCab et Marcel). Pour Uber, qui n'en fait pas partie, la situation n'est visible qu'en fin de journée et s'explique par la fin du couvre-feu qui a provoqué une forte hausse de la demande.

“Avec des temps d’attente moyens de cinq minutes actuellement, l’expérience utilisateur est de qualité. Nous constatons cependant à certains moments - notamment en soirée - des pics très importants de demande du fait de la levée des restrictions sur les sorties nocturnes, les restaurants et lieux de divertissement”, explique à BFM Business une porte-parole d'Uber.
Hausse des courses jusqu'à 30%
De son côté, le président de la FFTPR ne donne pas non plus de chiffres précis. Selon nos constatations lors de nos déplacements privés et professionnels avec Uber ou FreeNow, ils ont grimpé en moyenne de 25 à 30%

"C'est l'ordre de grandeur de la hausse des tarifs", confirme Yves Weisselberger.
Mais pour le président de la FFTPR cette tendance ne va pas s'arrêter à la fin des vacances. Elle risque de se poursuivre jusqu'à la fin de l'année 2021.

Ça ne baissera pas avant l'hiver, le temps de résorber la pénurie de chauffeurs. L'obtention du diplôme nécessite plusieurs mois et il y a déjà un goulet d'étranglement", indique Yves Weisselberger.

Uber confirme la situation et met en parallèle le nombre de candidats en augmentation partout en France surtout dans les villes du sud et le temps nécessaire pour pouvoir exercer.

"C'est un problème structurel avec un examen VTC trop long, et un temps moyen de neuf mois entre le moment où un candidat passe l’examen et reçoit sa carte VTC", nous a précisé Uber.


Pour devenir chauffeurs de VTC, il faut 9 mois pour obtenir un diplôme. La perte de chauffeurs mettra du temps à se résorber.
INFO BFM BUSINESS. La demande de VTC augmente alors que les chauffeurs sont en vacances ou n'ont pas repris le travail interrompu par la crise sanitaire. Conséquences, des tarifs en hausse de 25 à 30%. La situation pourrait perdurer jusqu'à l'hiver.


Depuis début juillet, les temps d'attente s'allongent pour avoir un VTC et les prix grimpent. Se voir proposer un tarif de 100 euros pour le centre de Paris au départ de Roissy un dimanche soir n'a plus rien d'exceptionnel. Et pour cause, l'arrivée des vacances d'été conjuguée avec la crise sanitaire poussent nombre de chauffeurs à lever le pied. Une pénurie qui provoque mécaniquement une hausse du tarif des courses. Cette situation se constate principalement en Ile-de-France où se trouvent la majorité des chauffeurs.

"C'est difficile à mesure avec exactitude, mais nombre de chauffeurs ont cessé leur activité soit ponctuellement, pour aller en vacances, soit définitivement, comme cela s'est constaté dans d'autres secteurs. En pourcentage, c'est certainement un nombre à deux chiffres", révèle à BFM Business, Yves Weisselberger, président de la Fédération Française des Transports de Personne sur Réservation (FFTPR) et président de LeCab.
Cette fédération regroupe les principales plateformes VTC européennes (Allocab, Bolt, Free Now, Heetch, LeCab et Marcel). Pour Uber, qui n'en fait pas partie, la situation n'est visible qu'en fin de journée et s'explique par la fin du couvre-feu qui a provoqué une forte hausse de la demande.


“Avec des temps d’attente moyens de cinq minutes actuellement, l’expérience utilisateur est de qualité. Nous constatons cependant à certains moments - notamment en soirée - des pics très importants de demande du fait de la levée des restrictions sur les sorties nocturnes, les restaurants et lieux de divertissement”, explique à BFM Business une porte-parole d'Uber.
Hausse des courses jusqu'à 30%
De son côté, le président de la FFTPR ne donne pas non plus de chiffres précis. Selon nos constatations lors de nos déplacements privés et professionnels avec Uber ou FreeNow, ils ont grimpé en moyenne de 25 à 30%

"C'est l'ordre de grandeur de la hausse des tarifs", confirme Yves Weisselberger.
Mais pour le président de la FFTPR cette tendance ne va pas s'arrêter à la fin des vacances. Elle risque de se poursuivre jusqu'à la fin de l'année 2021.

Ça ne baissera pas avant l'hiver, le temps de résorber la pénurie de chauffeurs. L'obtention du diplôme nécessite plusieurs mois et il y a déjà un goulet d'étranglement", indique Yves Weisselberger.

Uber confirme la situation et met en parallèle le nombre de candidats en augmentation partout en France surtout dans les villes du sud et le temps nécessaire pour pouvoir exercer.

"C'est un problème structurel avec un examen VTC trop long, et un temps moyen de neuf mois entre le moment où un candidat passe l’examen et reçoit sa carte VTC", nous a précisé Uber.
Play Video
La situation n'est donc pas désespérée. Pour Uber, on pourrait voir dès septembre un commencement de retour des chauffeurs en région parisienne.

"La reprise de septembre devrait bénéficier de plusieurs facteurs : l’arrêt progressif du fonds de solidarité annoncé par Bruno Le Maire ; une demande qui devrait continuer à augmenter et qui attirera les chauffeurs ; et la poursuite des investissements d’Uber pour faciliter le retour des chauffeurs qui n’ont pas encore repris le volant", indique Uber.
La plateforme précise qu'en en Île-de-France environ 10.000 personnes ont passé l’examen pour devenir chauffeur VTC.

"Au vu des taux de réussite à l’examen théorique puis pratique, nous estimons que ce sont environ 5200 personnes qui ont obtenu leur carte VTC en 2020".
Un chiffre plutôt important. Actuellement, 30.000 VTC sont enregistrés en France, dont plus de 70% en Île-de-France.

Mais l'inquiétude des chauffeurs et des plateformes repose sur la mise en place d’une zone à trafic limité (ZTL) qui couvrira les arrondissements de Paris Centre (1, 2, 3, 4) et de Paris Saint-Germain (5, 6, 7 nord) en 2022. Uber et la FFTPR réclament une dérogation pour circuler, comme pourront le faire les chauffeurs de taxis.

Selon une étude réalisée par
Harris Interactive, 70% des Franciliens souhaitent l’accès des VTC à la future Zone à Trafic Limité à Paris. Ce taux monte à 88% parmi les commerçants.


 
Dernière édition:
  • Wouah
Réactions: 1 utilisateur


Taxitaxi

Taxi monospace van
TAXI
19 Octobre 2019
206
128
Localité
Paris
VTC: POURQUOI LES PRIX VONT RESTER ÉLEVÉS JUSQU'EN DÉCEMBRE

INFO BFM BUSINESS. La demande de VTC augmente alors que les chauffeurs sont en vacances ou n'ont pas repris le travail interrompu par la crise sanitaire. Conséquences, des tarifs en hausse de 25 à 30%. La situation pourrait perdurer jusqu'à l'hiver.

Depuis début juillet, les temps d'attente s'allongent pour avoir un VTC et les prix grimpent. Se voir proposer un tarif de 100 euros pour le centre de Paris au départ de Roissy un dimanche soir n'a plus rien d'exceptionnel. Et pour cause, l'arrivée des vacances d'été conjuguée avec la crise sanitaire poussent nombre de chauffeurs à lever le pied. Une pénurie qui provoque mécaniquement une hausse du tarif des courses. Cette situation se constate principalement en Ile-de-France où se trouvent la majorité des chauffeurs.


"C'est difficile à mesure avec exactitude, mais nombre de chauffeurs ont cessé leur activité soit ponctuellement, pour aller en vacances, soit définitivement, comme cela s'est constaté dans d'autres secteurs. En pourcentage, c'est certainement un nombre à deux chiffres", révèle à BFM Business, Yves Weisselberger, président de la Fédération Française des Transports de Personne sur Réservation (FFTPR) et président de LeCa
Cette fédération regroupe les principales plateformes VTC européennes (Allocab, Bolt, Free Now, Heetch, LeCab et Marcel). Pour Uber, qui n'en fait pas partie, la situation n'est visible qu'en fin de journée et s'explique par la fin du couvre-feu qui a provoqué une forte hausse de la demande.

“Avec des temps d’attente moyens de cinq minutes actuellement, l’expérience utilisateur est de qualité. Nous constatons cependant à certains moments - notamment en soirée - des pics très importants de demande du fait de la levée des restrictions sur les sorties nocturnes, les restaurants et lieux de divertissement”, explique à BFM Business une porte-parole d'Uber.
Hausse des courses jusqu'à 30%
De son côté, le président de la FFTPR ne donne pas non plus de chiffres précis. Selon nos constatations lors de nos déplacements privés et professionnels avec Uber ou FreeNow, ils ont grimpé en moyenne de 25 à 30%

"C'est l'ordre de grandeur de la hausse des tarifs", confirme Yves Weisselberger.
Mais pour le président de la FFTPR cette tendance ne va pas s'arrêter à la fin des vacances. Elle risque de se poursuivre jusqu'à la fin de l'année 2021.

Ça ne baissera pas avant l'hiver, le temps de résorber la pénurie de chauffeurs. L'obtention du diplôme nécessite plusieurs mois et il y a déjà un goulet d'étranglement", indique Yves Weisselberger.

Uber confirme la situation et met en parallèle le nombre de candidats en augmentation partout en France surtout dans les villes du sud et le temps nécessaire pour pouvoir exercer.

"C'est un problème structurel avec un examen VTC trop long, et un temps moyen de neuf mois entre le moment où un candidat passe l’examen et reçoit sa carte VTC", nous a précisé Uber.


Pour devenir chauffeurs de VTC, il faut 9 mois pour obtenir un diplôme. La perte de chauffeurs mettra du temps à se résorber.
INFO BFM BUSINESS. La demande de VTC augmente alors que les chauffeurs sont en vacances ou n'ont pas repris le travail interrompu par la crise sanitaire. Conséquences, des tarifs en hausse de 25 à 30%. La situation pourrait perdurer jusqu'à l'hiver.


Depuis début juillet, les temps d'attente s'allongent pour avoir un VTC et les prix grimpent. Se voir proposer un tarif de 100 euros pour le centre de Paris au départ de Roissy un dimanche soir n'a plus rien d'exceptionnel. Et pour cause, l'arrivée des vacances d'été conjuguée avec la crise sanitaire poussent nombre de chauffeurs à lever le pied. Une pénurie qui provoque mécaniquement une hausse du tarif des courses. Cette situation se constate principalement en Ile-de-France où se trouvent la majorité des chauffeurs.

"C'est difficile à mesure avec exactitude, mais nombre de chauffeurs ont cessé leur activité soit ponctuellement, pour aller en vacances, soit définitivement, comme cela s'est constaté dans d'autres secteurs. En pourcentage, c'est certainement un nombre à deux chiffres", révèle à BFM Business, Yves Weisselberger, président de la Fédération Française des Transports de Personne sur Réservation (FFTPR) et président de LeCab.
Cette fédération regroupe les principales plateformes VTC européennes (Allocab, Bolt, Free Now, Heetch, LeCab et Marcel). Pour Uber, qui n'en fait pas partie, la situation n'est visible qu'en fin de journée et s'explique par la fin du couvre-feu qui a provoqué une forte hausse de la demande.


“Avec des temps d’attente moyens de cinq minutes actuellement, l’expérience utilisateur est de qualité. Nous constatons cependant à certains moments - notamment en soirée - des pics très importants de demande du fait de la levée des restrictions sur les sorties nocturnes, les restaurants et lieux de divertissement”, explique à BFM Business une porte-parole d'Uber.
Hausse des courses jusqu'à 30%
De son côté, le président de la FFTPR ne donne pas non plus de chiffres précis. Selon nos constatations lors de nos déplacements privés et professionnels avec Uber ou FreeNow, ils ont grimpé en moyenne de 25 à 30%

"C'est l'ordre de grandeur de la hausse des tarifs", confirme Yves Weisselberger.
Mais pour le président de la FFTPR cette tendance ne va pas s'arrêter à la fin des vacances. Elle risque de se poursuivre jusqu'à la fin de l'année 2021.

Ça ne baissera pas avant l'hiver, le temps de résorber la pénurie de chauffeurs. L'obtention du diplôme nécessite plusieurs mois et il y a déjà un goulet d'étranglement", indique Yves Weisselberger.

Uber confirme la situation et met en parallèle le nombre de candidats en augmentation partout en France surtout dans les villes du sud et le temps nécessaire pour pouvoir exercer.

"C'est un problème structurel avec un examen VTC trop long, et un temps moyen de neuf mois entre le moment où un candidat passe l’examen et reçoit sa carte VTC", nous a précisé Uber.
Play Video
La situation n'est donc pas désespérée. Pour Uber, on pourrait voir dès septembre un commencement de retour des chauffeurs en région parisienne.

"La reprise de septembre devrait bénéficier de plusieurs facteurs : l’arrêt progressif du fonds de solidarité annoncé par Bruno Le Maire ; une demande qui devrait continuer à augmenter et qui attirera les chauffeurs ; et la poursuite des investissements d’Uber pour faciliter le retour des chauffeurs qui n’ont pas encore repris le volant", indique Uber.
La plateforme précise qu'en en Île-de-France environ 10.000 personnes ont passé l’examen pour devenir chauffeur VTC.

"Au vu des taux de réussite à l’examen théorique puis pratique, nous estimons que ce sont environ 5200 personnes qui ont obtenu leur carte VTC en 2020".
Un chiffre plutôt important. Actuellement, 30.000 VTC sont enregistrés en France, dont plus de 70% en Île-de-France.

Mais l'inquiétude des chauffeurs et des plateformes repose sur la mise en place d’une zone à trafic limité (ZTL) qui couvrira les arrondissements de Paris Centre (1, 2, 3, 4) et de Paris Saint-Germain (5, 6, 7 nord) en 2022. Uber et la FFTPR réclament une dérogation pour circuler, comme pourront le faire les chauffeurs de taxis.

Selon une étude réalisée par
Harris Interactive, 70% des Franciliens souhaitent l’accès des VTC à la future Zone à Trafic Limité à Paris. Ce taux monte à 88% parmi les commerçants.


Ahh c est pour ça que je reccuperer pas mal de taffe. Uber est plus chère lol maintenant
 
  • Haha
Réactions: 1 utilisateur


Pascal78600

Zoneur Reconnu
VTC
HEETCH
ALLOCAB
31 Janvier 2017
507
578
Localité
Paris
A voir en Septembre quand les vacances et le FDS seront finis. Mais en ce moment, c'est vrai que c'est la fiesta!
 
  • J'aime
Réactions: 1 utilisateurs




pedro92

Bon bah ,VTC, hein....
VTC
4 Août 2015
2 334
3 417
Localité
Marseille
C'est vrai il faut profiter de la pénurie pour habituer les clients a une augmentation de tarifs !
Pour augmenter les prix, il faut augmenter et conserver la qualité....

Et comme des milliers de chauffeurs sont dans les tuyaux, c'est pas gagné.


Quand on lit que pour les applis, le point crucial c'est que le client ait une auto en moins de 5mn, on est plus que loin d'un service qualitatif et encore plus loin d'une augmentation pérenne du prix, c'est comme la baisse du baril de pétrole, improbable et rare... 😅
 
  • J'aime
Réactions: 1 utilisateur


serge94

www.serge-vtc.com 24h/24
MARCEL
29 Novembre 2014
1 693
1 638
www.serge-vtc.com
Localité
Paris
Les applis ont une vision du marché des VTC qui va a l'encontre de nos intérêts... Du volume pour engranger des commissions, cela engendre baisse des prix et de revenus pour les chauffeurs.
Notre objectif c'est augmenter les prix et diminuer les commissions.
 
  • J'aime
Réactions: 1 utilisateurs


Alex95200

Zoneur amateur
VTC
UBER
FREENOW
16 Mars 2020
69
55
Localité
Paris
Mdrr c est surtout que les faux chauffeur et que les cas c......... d uber a 4,50 ( en plus en Green 😂) sont légion que les autre application récupère les courses moyenne et longue que FREENOW peux se permettre de faire des bonus de fou meme bolt s y met 😂 bref rien de nouveaux juste sous le soleil et pour le taxi qui crois reconquérir des client tu travail juste en fait 😂
Messages Fusionnés

Les applis ont une vision du marché des VTC qui va a l'encontre de nos intérêts... Du volume pour engranger des commissions, cela engendre baisse des prix et de revenus pour les chauffeurs.
Notre objectif c'est augmenter les prix et diminuer les commissions.
Exactement
 


Toto1070

Zoneur Averti
VTC
BOLT
UBER
FREENOW
LECAB
MARCEL
19 Octobre 2017
1 220
771
Localité
Paris
Depuis le covid , que ce soit sur bolt , uber, freenow, il y' a plus que des courses à maxi 8 €
 
  • J'aime pas
Réactions: 1 utilisateur


Natan

Zoneur Averti
VTC
11 Septembre 2019
1 175
1 229
Localité
Paris
Ahh c est pour ça que je reccuperer pas mal de taffe. Uber est plus chère lol maintenant
Dès qu'Uber majore les prix, certains clients "radins" se tournent vers les taxis car 2 à 3 fois moins chers pendant les majorations. Même hors majorations d'ailleurs, dans certains cas.

Mais est-ce vraiment cette clientèle qu'il faut s'approprier ? 🙄

J'ai une réponse mais chacun fait ce qu'il veut, ou peut ☺
 


Taxitaxi

Taxi monospace van
TAXI
19 Octobre 2019
206
128
Localité
Paris
Dès qu'Uber majore les prix, certains clients "radins" se tournent vers les taxis car 2 à 3 fois moins chers pendant les majorations. Même hors majorations d'ailleurs, dans certains cas.

Mais est-ce vraiment cette clientèle qu'il faut s'approprier ? 🙄

J'ai une réponse mais chacun fait ce qu'il veut, ou peut ☺
Bah moi va me va 30km pour 75/ 80e
 
  • J'aime
Réactions: 1 utilisateurs



Sponsors

Twitter Uberzone