• Ce site utilise des cookies. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus.
  • Pour ne rien rater d'une discussion, cliquez sur le bouton "SUIVRE" situé en haut à droite de chaque discussion et réglez vos options de suivi
  • Vous pouvez ajouter une discussion ou un message à vos favoris pour les retrouver plus facilement par la suite. Il suffit de cliquer sur l'icone de favori situé en haut à droite de chaque message

Info Ripley, la procédure d’urgence d’Uber pour empêcher les enquêtes


AZF

AZF

La passion du VTC
MODO
VTC
LECAB
14 Decembre 2016
625
255
Lieu
Paris
#1
Ripley, la procédure d’urgence d’Uber pour empêcher les enquêtes
proxy.php?image=https%3A%2F%2Fslice42.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2017%2F11%2FUber-696x358.jpg&hash=c11624693bc7789a6d69d9711d01996f

Uber n’aime pas que les autorités fouillent dans ses systèmes informatisés, et l’entreprise a développé un protocole d’urgence qui permet de couper, à distance, l’accès des postes informatiques et smartphones des bureaux visités par les autorités. Celui-ci aurait déjà servi plus d’une vingtaine de fois, notamment à Paris, Bruxelles, Amsterdam. Imaginez la scène : la police débarque dans les bureaux parisiens d’Uber et ne trouve que des coquilles vides, des ordinateurs n’ayant aucun accès aux systèmes centraux de l’entreprise. Choux blanc.

La création de ce protocole remonterait à mars 2015, après une visite policière à Bruxelles où les policiers ont pu accéder aux serveurs de l’entreprise et consulter, notamment, les salaires du personnel et les courses effectuées. Après cette visite, Uber devra temporairement fermer en Belgique. Inadmissible pour Uber, qui lance alors le « protocole du visiteur inconnu », que les employés concernés renommeront Ripley, en hommage à l’héroïne d’alien, et son goût pour le lance-flammes.

L’existence de Ripley restait, jusqu’alors secrète, peu de personnes dans l’entreprise connaissant son existence. Surtout pas les employés concernés qui se sont vus refuser l’accès aux serveur de la maison-mère sans comprendre pourquoi. Mais Uber, contacté par Bloomberg, qui évente Ripley, ne cache même pas vraiment son existence. Évidemment, pas question de reconnaitre que ce protocole vise à couper court aux enquêtes des autorités légales – Uber respecte la loi, gnagna, vous connaissez le refrain – mais simplement à assurer la confidentialité des services d’Uber, qui opère dans des pays avec des niveaux de protection juridique variable. Un argument recevable même si l’historique de plaide guère en faveur du légalisme de la société californienne, qui pourrait tout de même ne pas peser bien lourd si des accusations d’obstruction à la justice pouvaient être étayées.
 


Kery

Kery

Zoneur Averti
26 Avril 2016
529
411
Lieu
Lyon
#2
Ripley, la procédure d’urgence d’Uber pour empêcher les enquêtes
proxy.php?image=https%3A%2F%2Fslice42.com%2Fwp-content%2Fuploads%2F2017%2F11%2FUber-696x358.jpg&hash=c11624693bc7789a6d69d9711d01996f

Uber n’aime pas que les autorités fouillent dans ses systèmes informatisés, et l’entreprise a développé un protocole d’urgence qui permet de couper, à distance, l’accès des postes informatiques et smartphones des bureaux visités par les autorités. Celui-ci aurait déjà servi plus d’une vingtaine de fois, notamment à Paris, Bruxelles, Amsterdam. Imaginez la scène : la police débarque dans les bureaux parisiens d’Uber et ne trouve que des coquilles vides, des ordinateurs n’ayant aucun accès aux systèmes centraux de l’entreprise. Choux blanc.

La création de ce protocole remonterait à mars 2015, après une visite policière à Bruxelles où les policiers ont pu accéder aux serveurs de l’entreprise et consulter, notamment, les salaires du personnel et les courses effectuées. Après cette visite, Uber devra temporairement fermer en Belgique. Inadmissible pour Uber, qui lance alors le « protocole du visiteur inconnu », que les employés concernés renommeront Ripley, en hommage à l’héroïne d’alien, et son goût pour le lance-flammes.

L’existence de Ripley restait, jusqu’alors secrète, peu de personnes dans l’entreprise connaissant son existence. Surtout pas les employés concernés qui se sont vus refuser l’accès aux serveur de la maison-mère sans comprendre pourquoi. Mais Uber, contacté par Bloomberg, qui évente Ripley, ne cache même pas vraiment son existence. Évidemment, pas question de reconnaitre que ce protocole vise à couper court aux enquêtes des autorités légales – Uber respecte la loi, gnagna, vous connaissez le refrain – mais simplement à assurer la confidentialité des services d’Uber, qui opère dans des pays avec des niveaux de protection juridique variable. Un argument recevable même si l’historique de plaide guère en faveur du légalisme de la société californienne, qui pourrait tout de même ne pas peser bien lourd si des accusations d’obstruction à la justice pouvaient être étayées.

C'est Madoff qu'ils aurait dû prendre pour remplacer kalanick comme pdg
 


UZ

UZ

Pour vous servir
FONDATEUR
ADMIN
5 Novembre 2014
4 217
2 486
Lieu
Paris
#3
On ne peut pas reprocher à une personne physique ou morale de protéger ses données.
 


Dernières Discussions

Twitter Uberzone